Observatoire prospectif du commerce Accès ForcoNet

Réforme - Episode 2

Avec le Forco le 09 novembre 2017

L’ambition et la feuille de route sont tracées

« Offrir de nouvelles protections et de nouvelles garanties aux actifs » : telle est l’ambition réformatrice du gouvernement. La formation professionnelle et l’apprentissage ne feront donc pas l’objet d’un simple lifting, mais d’une complète refonte sur la base d’un calendrier particulièrement serré.

 

Volet Formation continue

Mi-novembre, le gouvernement va transmettre un document d’orientation en forme « de diagnostic et d’options de réforme » aux partenaires sociaux. Ces derniers n’auront plus qu’à s’en saisir pour entamer une négociation interprofessionnelle, qui devra impérativement aboutir fin janvier 2018.

En parallèle, le gouvernement lancera une concertation avec les Régions, à laquelle les partenaires sociaux seront associés, s’ils le souhaitent.
 

Dans les grandes lignes, le projet de réforme de la formation continue du gouvernement s’articule autour de trois grands axes :

1/ Renforcer la dimension individuel du Compte personnel de formation (CPF)

2/ Structurer les services d’information et d’orientation des salariés et demandeurs d’emploi dans le cadre du Conseil en évolution professionnelle (CEP)

3/ Donner plus de lisibilité à l’offre de formation par une régulation accrue du marché

 

Volet Apprentissage

Le gouvernement s’est fixé pour objectif de « libérer l’apprentissage pour former plus de jeunes en alternance ». Mis en place en octobre dernier (voir Episode 1 du Journal de la réforme), les quatre groupes de travail thématiques (Parcours de l’apprenti ; Entreprises et apprentissage ; Gouvernance et financement ; Offre de formation et de certification) sont dans les starting-blocks.

Une première réunion plénière est programmée au ministère du Travail, vendredi 10 novembre. Au total, pas moins de 12 réunions sont prévues jusqu’au 25 janvier 2018, date à laquelle un pré-rapport sera présenté au gouvernement.

 

Mais aussi…

Cette double réforme s’accompagne de la création d’un haut-commissaire à la transformation des compétences. Placé auprès de la ministre du Travail, sa mission s’inscrit dans le cadre du volet « Compétences » du « Plan d’investissement 2018-2022 » du gouvernement, doté d’un budget de près de 15 milliards d’euros sur 5 ans (voir Episode 0 du Journal de la réforme).

 

Le haut-commissaire à la transformation des compétences devra notamment veiller à la transparence, la qualité et au caractère innovant de l’offre de formation proposée aux demandeurs d’emploi, ainsi qu’à l’adéquation entre l’offre de formation et les besoins en compétences des entreprises à court, moyen et long terme.

Il est également chargé de la mise en place d’une application numérique dédié au CPF.