DigiPME

Le Forco propose un dispositif « anti-fracture numérique » aux TPE/PME

Avec le Forco le 19 mai 2017

Pour aider les TPE/PME du Commerce et de la Distribution à conduire leur transformation digitale interne et externe, le Forco a lancé DigiPME en janvier dernier. Un dispositif « anti-fracture numérique » financé avec le soutien du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP).

« DigiPME ne se limite pas à accompagner les entreprises dans leur transformation numérique. La démarche proposée repose sur une triple approche : technologique, bien sûr, mais aussi organisationnelle et managériale », explique Fanny Gilbert, chef de projets national au Forco.

Et pour cause ! Le digital a un impact sur l'organisation de l'entreprise, les postes de travail, les relations entre les différentes fonctions. Le « click and collect »*, par exemple, remet en question toute la gestion d’un magasin. « Avec le développement des outils numériques, on assiste à un véritable décloisonnement de l’entreprise, qui doit, plus que jamais, fonctionner de manière globale et non plus en silos », argumente la chef de projets.

 

Problématiques variées

Depuis le lancement de DigiPME, onze entreprises y ont adhéré et trois ont achevé la démarche fin mars. Toutes emploient moins de 50 salariés (le cœur de cible de DigiPME) dans des secteurs d’activité très différents : droguerie, articles de fête, vins et spiritueux, optique…

Les problématiques sont, elles aussi, variées : valoriser l'offre de produits et services, accroître sa visibilité sur les réseaux sociaux, améliorer l'exploitation des données clients, renforcer la coordination des équipes, travailler en mode projet…

« Les recommandations que l'on fait comportent toutes un tronc commun, mais chaque entreprise est un cas à part avec son histoire, sa culture et son organisation », observe Marc Lippa, directeur associé d'Arctus, le cabinet retenu par le Forco pour accompagner les entreprises.

 

Quatre étapes

DigiPME s’articule autour d’une démarche en quatre étapes. La première prend la forme d'un entretien téléphonique entre le dirigeant de l’entreprise et un consultant d’Arctus (compter une demi-heure à une heure) pour rappeler les objectifs, préciser la méthode et fixer le calendrier des rendez-vous.

Deuxième étape : une journée d'audit au sein de l'entreprise, afin d'évaluer sa maturité numérique et de « clarifier ce que signifie pour elle la digitalisation interne et externe », précise Marc Lippa. La digitalisation interne étant souvent « le parent pauvre » de la transformation numérique.

Le dirigeant et plusieurs salariés (responsable du magasin, personnes chargées de l'informatique, de la caisse…) sont interviewés. « A ce stade, on parle peu de transformation numérique », note le consultant. Le but est de « récupérer de la matière » pour comprendre le fonctionnement de l'entreprise, appréhender chaque poste et le rôle de chacun, identifier les points forts de l'organisation et les points à améliorer.

 

Rapport de préconisation

Troisième étape : le consultant rédige un rapport de préconisations, qui est présenté à l’entreprise une quinzaine de jours après l’audit (compter une demi-journée) afin qu'elle puisse arbitrer en fonction de ses priorités.

Enfin, un plan d'action est élaboré sur la base de ces arbitrages, à court, moyen et long terme. Il est ensuite retravaillé avec l'entreprise pour tenir compte de ses contraintes financières, humaines et organisationnelles.

« Cette feuille de route conduit en général à une transformation en profondeur de l'entreprise, ce qui ne se fait pas en quelques semaines », souligne Marc Lippa.

 *Service permettant aux consommateurs de réserver ou de commander des produits en ligne avant de les retirer directement dans une boutique.

 

En savoir +

> Télécharger la fiche de présentation DigiPME

le Forco est sur Twitter, retrouvez nos infos, nos actus et bien plus encore...

Suivez-nous sur Twitter